Baisse d'impôts et 1 milliard en éducation et en santé
Le 21 novembre 2017 - 12:23  |  maboulianne@rncmedia.ca

Le gouvernement de Philippe Couillard a présenté en fin d'après-midi sa mise à jour économique de l'automne à l'Assemblée nationale.

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a parlé de baisse d'impôts, de réinvestissements et de lutte à la pauvreté. Cette mise à jour économique survient à moins d'un an de la prochaine élection provinciale.

Le ministre a premièrement annoncé une baisse d'impôts d'un milliard de dollars par année. Cela représente environ 278 $ pour un Québécois qui gagne 43 000 $ par année. Cette baisse d'impôts est rétroactive, donc elle s'applique pour l'année financière 2017. De l'argent qui semble déjà apprécié par la population.

" - Je crois qu'il commence à être temps parce qu'on paye... C'est la province où est-ce qu'on paye le plus d'impôt dans tout le Canada. Ça fait que c'est yinke une bonne affaire ça.
- Normalement, s'ils nous donnent quelque chose, ils vont aller le récupérer ailleurs. C'est sûr, au niveau de nos impôts, s'ils nous en remettent 200 piasses, on crachera pas dessus comme on dit.
- C'est une bonne chose, quand il y a des baisses, c'est toujours acceptable. " - Citoyens de Rouyn-Noranda

Les deux derniers volets de la mise à jour économique ont essentiellement porté sur des investissements supplémentaires en éducation et en santé. On parle de 337 millions de dollars sur six ans, dont une partie est destinée à embaucher 500 professionnels pour soutenir les élèves du primaire.

En santé, c'est 105 millions de plus par année afin d'améliorer les services aux personnes en situation de vulnérabilité. Le ministre des finances a aussi indiqué vouloir s'attaquer à la lutte contre la pauvreté. C'est pourquoi 2,6 milliards de dollars seront investis dans les six prochaines années.

Le total de la facture pour les trois priorités ciblées par le gouvernement est donc d'environ 2 milliards de dollars par année, essentiellement financés par le surplus budgétaire qui est estimé à 2,3 milliards de dollars.

" Quand on regarde toutes les autres coupures qu'il y a eu auparavant, augmentation des frais de garde, tout ça, je veux dire, c'est une goutte d'eau dans l'océan, là, de ce côté-là, en termes de pouvoir d'achat des familles. Mais c'est de l'argent qui est réinjecté dans l'économie, ça faut être conscient de ça. Ça aurait été intéressant d'avoir des mesures pour aider à stimuler bon, combler les besoins de main d'œuvre qu'on a. " - Jean-Claude Loranger, Président Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda

Le président du Parti québécois d'Abitibi-Témiscamingue, Gabriel Massicotte, est déçu. Il souligne qu'il n'y a vraiment pas de quoi se réjouir compte tenu des années de coupures du gouvernement libéral.